Archive for janvier 2008

Les amis de Jérôme Kerviel s’évaporent de Facebook

janvier 26, 2008

Il ne fait pas bon s’afficher aux côtés de Jérôme Kerviel. Lorsque son nom a été révélé jeudi après-midi, le trader qui aurait fait perdre 4,9 milliards d’euros à la Société Générale comptait onze amis sur Facebook, dont plusieurs collègues de la banque française.

De retour deux heures plus tard sur la même page, seuls quatre courageux contacts figuraient encore sur son profil. Jérôme Kerviel n’a toutefois pas tout perdu.

Rapidement, un groupe de « Ceux qui recherchent Jerome Kerviel, l’homme qui vaut 4.9 milliards!!! », rejoint par une bonne centaine d’internautes, a été créé sur Facebook. Bref, la notoriété du « trader », dont le nom renvoie déjà plusieurs milliers de réponses sur Google, est largement assurée.

Publicités

Près de 1,5% de la population française est inscrite sur Facebook

janvier 26, 2008

(Paris – Relax news) – Près de 1,5% de la population française est inscrite sur Facebook, selon le portail Toute l’Europe qui publie une carte européenne des utilisateurs du célèbre réseau social. Début janvier 2008, 37% des utilisateurs de Facebook étaient originaires des Etats-Unis, et 29% d’Europe. Sur le vieux continent, le pays le plus accro est la Suède, où 8,59% de la population utilisent Facebook.

Le nombre d’utilisateurs appartenant au réseau-pays Royaume-Uni est également élevé et représente 7,52% de la population britannique.

Le taux d’utilisation est en revanche beaucoup plus faible dans les pays du sud de l’Europe : 0,13% en Roumanie, 0,29% au Portugal et 0,33% en Italie.

La moyenne pour l’ensemble des Etats membres de l’Union se situe à 1,77%.

Mark Zuckerberg

janvier 26, 2008

Mark Elliot Zuckerberg (born May 14, 1984) is an American computer programmer and entrepreneur. As a Harvard College student he founded the online social networking website Facebook with the help of fellow Harvard student and computer science major Andrew McCollum as well as roommates Dustin Moskovitz and Chris Hughes. He now serves as Facebook’s CEO.

Early life

Zuckerberg was raised in Dobbs Ferry, Westchester County, New York by a Jewish family. Zuckerberg attended Horace Mann School, a prestigious private school in the Bronx in New York City. He went on to graduate from Phillips Exeter Academy in 2002.

High school years

At Exeter, Zuckerberg met friend Adam D’Angelo and they worked on various projects together, including an artificially intelligent MP3 player that learned the listening habits of people who used it. While still in high school, the two were approached by several companies to buy the MP3 player, called Synapse, but they declined. D’Angelo is now the CTO of Facebook.

College years

Zuckerberg attended Harvard University and was enrolled in the class of 2006. He was a member of the Alpha Epsilon Pi fraternity. At Harvard, Zuckerberg continued creating his projects. An early project, Coursematch, allowed students to view lists of other students enrolled in the same classes. A later project, Facemash.com, was a Harvard-specific image rating site similar to Hot or Not. A version of the site was online for four hours before Zuckerberg’s Internet access was revoked by administration officials. The computer services department brought Zuckerberg before the Harvard University Administrative Board, where he was charged with breaching computer security and violating rules on Internet privacy and intellectual property.[1]

Founding

Zuckerberg launched Facebook from his Harvard dorm room on February 4, 2004. According to sources, Zuckerberg wrote the original code for the site in less than two weeks.[citation needed] It quickly became a success at Harvard and more than two-thirds of the school’s students signed up in the first two weeks. Zuckerberg then decided to spread Facebook to other schools and enlisted the help of roommate Dustin Moskovitz. They first spread it to Stanford, Columbia and Yale and then to other Ivy League colleges and schools in the Boston area. By the beginning of the summer, Zuckerberg and Moskovitz had released Facebook at almost 30 schools.

[edit] Moving to California

Zuckerberg moved to Palo Alto, California with Moskovitz and some friends during the summer of 2004. According to Zuckerberg, the group planned to return to Harvard in the fall but eventually decided to remain in California, taking a leave of absence. They leased a small house which served as their first office. Over the summer, Zuckerberg met Peter Thiel who invested in the company. They got their first office on University Avenue in downtown Palo Alto a few months later. Today, the company has four buildings in downtown Palo Alto, forming what Zuckerberg calls an « urban campus ».

News Feed

On September 5, 2006, Facebook launched News Feed, a list of what friends were doing on the site. Zuckerberg became the target of criticism as some saw News Feed as unnecessary and a tool for cyberstalking. Three days later, Zuckerberg responded in an open letter to the Facebook community, apologizing for the sudden unwelcome feature, providing new privacy options, but ultimately defending the feature and his belief in free information flow. Zuckerberg contended that the feature was a good asset to use between friends, and the privacy settings allow for information to be blocked from users who are not friends with the person. News Feed is now one of the most popular features of Facebook and several of its competitors have tried to copy it.

Facebook ads and Beacon controversy

On November 6, 2007, Zuckerberg announced a new advertising system at an event in New York. It is a self-service system like Google. One part of the program, called Beacon, enabled people to share information with Facebook from browsing the web and it came under heavy privacy concerns.

On December 1, 2007 Facebook’s credibility in regard to the Beacon program was significantly further tested when it was reported that the New York Times « essentially accuses » Mark Zuckerberg of lying to the paper and leaving Coca-Cola with a similar impression. Coca-Cola later corrected this perception however as they had never even spoken with Facebook about the Beacon program.

On December 5, 2007, Zuckerberg wrote a blog post on Facebook, apologizing for Beacon and offering a stronger remedy.

ConnectU controversy

Zuckerberg’s Harvard classmates, Divya Narendra, Cameron Winklevoss, and Tyler Winklevoss, claim they hired him to finish the code on their website, ConnectU and that he stole their idea, design, business plan, and source code. A lawsuit was filed in 2004 claiming a breach of contract, misappropriation of trade secrets, copyright infringement, in addition to other claims. Zuckerberg claims there was no contract and that he was not a partner. They are seeking monetary damages.[1] ConnectU has maintained that it is not their intention to shut down Facebook.

Since its original filing in Massachusetts the lawsuit was dismissed without prejudice on March 28, 2007, but was never ruled on. It was refiled soon thereafter in U.S. District Court in Boston, and a preliminary hearing was scheduled for July 25, 2007.[2] At the hearing the judge told ConnectU parts of their complaint were not sufficiently pled and gave them the ability to refile an amended complaint.

In November 2007, confidential court documents were posted on the website of Harvard alumni magazine 02138. They included Zuckerberg’s social security number, his parents’ home address and his girlfriend’s address. Facebook filed suit to get the documents taken down, but the Boston judge Douglas Woodlock ruled in favor of 02138.

Facebook origins controversy

It is alleged that emails verified by the New York Times suggest that Zuckerberg might have taken many ideas for Facebook from Aaron J. Greenspan’s houseSYSTEM website. [3] It is alleged that Zuckerberg may have also taken ideas from the online Facebook at the high school he went to. There were several other online college communities in existence at the time too that he may have drawn ideas from.

Harvard’s 02138 magazine spells out the details of Zuckerberg’s founding of Facebook [4].

Facebook en France ? La Cnil veille aux données persos et MSN à la pub

janvier 26, 2008

L’autorité administrative demande des précisions sur le traitement des données personnelles. Alors que la régie de Microsoft France initie le business.

Facebook n’a pas encore posé ses valises en Europe mais un premier comité d’accueil est déjà constitué en France. La plate-forme communautaire américaine, qui a dépassé la barre des 34 millions de membres actifs dans le monde (on en recenserait déjà 1,8 million en France), suscite des inquiètudes concernant l’exploitation de données personnelles.

Mi-janvier, la Commission nationale informatique et libertés (Cnil) a indiqué sur son site Internet qu’elle a envoyé un courrier à Facebook afin d’obtenir des compléments d’informations sur les fichiers mis en œuvre. Une lettre qui fait suite à une première rencontre entre des membres de la commission et des représentants de Facebook organisée dans le courant de l’automne.

L’autorité administrative en charge de veiller à la protection des données personnelles a demandé des précisions sur divers points portant sur ses prérogatives : comment les données personnelles des membres de Facebook sont exploitées ? Comment son traités les adresses IP ? Quelle est la gestion des adresses de courrier électronique des personnes invitées par un membre ? « Une fois en ligne, les informations vous concernant sont plus ou moins largement diffusées, indexées et analysées. La vigilance s’impose », estime la Cnil.

Autre souci de préoccupation : la plate-forme publicitaire Beacon a également attiré l’attention de l’autorité française dédié à la régulation des données privées, qui chercche à obtenir « des informations sur la manière dont Facebook analyse les profils de ses membres afin de leur délivrer des publicités ciblées ».

Les liens Microsoft-Facebook se concrétisent en France

La Cnil doit-elle désormais frapper à la porte de Microsoft France pour avoir une partie des réponses concernant Facebook ? Dans un communiqué diffusé en début de semaine, Microsoft Digital Advertising Solutions, la régie publicitaire de Microsoft, a annoné qu’elle allait commercialiser en France les formats publicitaires IAB présents sur la plate-forme Web 2.0.

Depuis août 2006, la firme de Redmond s’est positionnée comme la régie publicitaire partenaire de Facebook aux Etats-Unis et à l’international. En octobre dernier, les liens sont renforcées puisque Microsoft a pris une participation minoritaire dans le site de socialisation fondé par Mark Zuckerberg.

http://www.vnunet.fr/fr/news/2008/01/23/facebook_en_france___la_cnil_veille_aux_donnees_persos_et_msn_a_la_pub

Un président pour Facebook ou la belle arnaque du début 2008

janvier 26, 2008

C’est la tartufferie de ce début d’année : la communauté de Facebook s’est choisi un président, il est Français et s’appelle Arash Derambarsh. En arrivant hier matin au bureau, j’ai découvert l’information dans le Figaro. Ce monsieur a obtenu cette haute distinction dans la nuit du 31 décembre grâce au vote de « quelque 150 000 internautes ».

Il est en poste pour quatre mois, mais heureusement, ne dispose d’aucune fonction ni pouvoir de décision au sein de Facebook, la société. Toutefois il prétend avoir la possibilité « de faire passer ses idées aux quelque 100 millions de membres à travers le monde en postant des messages sur une page dédiée du site ». Il a fait le tour des médias français, affirmant haut et fort à LCI : « Au début, les gens ricanaient un peu en évoquant ma candidature jusqu’à ce qu’ils réalisent mon pouvoir d’influence » » ou encore « Personne sur Internet ne peut toucher autant de monde que moi ! »

J’avoue que ce genre d’information a le don de me faire tiquer, et encore plus quand je vois la presse la relayer sans recul. Déjà, à la base, je ne vois pas l’intérêt d’élire un président pour la communauté Facebook, mais passons. Avant de hurler avec les loups, j’ai essayé d’en savoir plus.

J’ai d’abord contacté Arash Derambarsh, qui s’énerve très vite dès que l’on ose poser une question qui n’a pas l’heur de lui plaire. Malgré tout, j’ai obtenu une petite clarification sur les chiffres : 150 000, c’est le nombre de fois que l’application FBook President, développée par la société ClutterMe et nécessaire pour voter, aurait été téléchargée, selon lui. Le nouveau président lui, aurait recueilli environ 10 000 votes.

Je parle au conditionnel, je ne peux pas vérifier les chiffres : actuellement la page d’accueil de Fbook President indique qu’elle est employée par 3621 « utilisateurs actifs quotidiens » ! Impossible, une fois l’application installée, de voir combien chaque candidat a pu recevoir de voix : le système est déjà reparti pour la prochaine échéance du mois d’avril. [Update du 04/01/2008 :ClutterMe m’a transmis ses chiffres. L’application a été installée un peu plus de 120 000 fois pour la première élection. Il y a eu au total 41 440 candidats, et 142 849 votes exprimés – sachant que chaque utilisateur pouvait voter pour des candidats différents. Arash Derambarsh a reçu 9 156 votes.]

60 millions de messages ?

Mais surtout, je voulais savoir par quelle magie Arash Derambarsh allait pouvoir désormais porter sa bonne parole à l’ensemble de la communauté Facebook. Et ce d’autant que la page de l’application FBook President ne mentionne comme récompense que la possibilité d’avoir une page à son nom, avec son programme politique, sur un site annexe, facebookpresident.com. Sur le fond, sa réponse reste plus qu’évasive : il me soutient qu’il dispose d’une fonctionnalité qui lui permet de faire passer un message à l’ensemble de la communauté.

Comment ? Il est incapable de répondre précisément, mais affirme qu’il pourra cibler ses messages selon les réseaux. Je suggère qu’il aurait peut-être eu comme récompense la possibilité d’accéder gratuitement au système publicitaire de Facebook, seule interface potentiellement capable, à ma connaissance, de faire passer un message à toute la communauté… Non, rétorque-t-il, et « ce ne seront pas des spams, arrêtez de voir le mal partout ». Et de m’assurer que puisque Facebook n’a pas attaqué ClutterMe pour utilisation de sa marque dans le nom de l’application, ou dans le site affilié à l’opération, cela prouve bien que la société a validé le processus d’élection.

J’ai de mon côté contacté Facebook, voici la réponse officielle, reçue ce matin par e-mail, de la part de Matt Hicks, du département de la communication de la société : « Facebook is not affiliated with the website or the application referring to the election of a “Facebook President.” This is an independent effort and not in any way an official “election” for Facebook. » (Facebook n’est pas affilié au website ou à l’application faisant reference à l’élection d’un president de Facebook. Il s’agit d’une initiative indépendante et en aucune façon d’une élection officielle pour Facebook ».

A la question, « comment se fait-il que le nouveau président affirme pouvoir envoyer des messages à la communauté entière de Facebook », la réponse tombe comme un couperet : « For background, users and applications cannot send mass messages to all Facebook users so that would be inaccurate. » (Pour rappel, les utilisateurs et les applications ne peuvent pas envoyer des messages à l’ensemble des utilisateurs Facebook, donc [cette affirmation] serait inexacte).

La preuve s’il en est que Arash Derambarsh vient d’effectuer une excellente opération de communication grâce à la crédulité des médias français, comme l’explique Emmanuel sur son blog. Mais rien de plus. Une dernière preuve ? Allez donc voir si cette élection fait du bruit dans les médias anglophones

Le miroir à deux Facebook

janvier 26, 2008
Le miroir à deux Facebook
Internet. Ce réseau social, déjà riche de 24 millions d’utilisateurs désireux de tout dévoiler, va-t-il trop loin ?
Par Frédérique Roussel
QUOTIDIEN : vendredi 13 juillet 2007

loadNbReaction(‘NbOldReactions’,curDocId);

Il y a quelques jours, un courriel tombe dans la boîte aux lettres de l’auteur de ces lignes. Qui dit, en anglais : «Olivier vous a ajouté comme ami dans Facebook. Nous avons besoin que vous confirmiez que vous êtes réellement ami d’Olivier.» Suivait le lien ad hoc. Qui diable était donc cet Olivier ? Vague nostalgie remontée d’une cour d’école sous les peupliers. Et Facebook, quèsaco ? En un clic, je rejoignais l’immense communauté de «facebookers». Plus de 24 millions d’âmes sur la planète, 100 000 nouvelles recrues toutes les semaines. De quoi ne plus se sentir seul.
Espace.  Site de réseau social, Facebook (trombinoscope en anglais) parie sur l’envie des gens d’échanger et de partager. En s’inscrivant, l’internaute décrit son profil, peut mettre en ligne sa photo, dire ses préférences sexuelles ou aussi décider de garder son profil secret pour le commun des «facebookers» et affiché pour ses proches. A chaque modification effectuée sur l’espace personnel, tout le monde est au courant que vous êtes en vacances, en voyage, etc. Cette réactualisation partagée peut donner lieu à des quiproquos. Thomas Crampton avait annoncé sur son Facebook son mariage. Avant de se raviser : trop intime. Il décoche la case marquée «Thomas Crampton est fiancé à Thuy-Tien Tran», ce qui envoit à ses amis le message suivant : «Thomas Crampton et Thuy-Tien Tran ne sont plus fiancés.» Drame.
Facebook permet aussi de mettre en ligne ses photos, d’écrire des notes, de laisser des messages aux amis, de décrire son humeur face au monde, voire de retrouver des gens. Comme Shandara le raconte sur son blog : «J’ai trouvé un cousin dont je connaissais l’existence mais ne l’avais jamais rencontré. Une tante aussi. Puis de fil en aiguille, j’ai trouvé un groupe sur ma ville de naissance(1).» Car on peut aussi former des groupes, sur des thématiques variées.
Le succès de Facebook, né dans le giron de Harvard en 2004, puis étendu aux autres universités et lycées, est spectaculaire. Fin 2005, il rassemblait plus de 17 millions de comptes, essentiellement anglophones. L’histoire a un air de déjà-vu : un étudiant, Mark Zuckerberg, bidouille un site dans sa chambre d’étudiant. L’invention emballe le réseau, L’étudiant devient dirigeant d’une start-up, à Palo Alto en Californie.
Goûts.  Depuis septembre, Facebook, où on ne pouvait qu’entrer sur invitation, est ouvert à tous. En peu de temps, le site est devenu la sixième plus grosse audience après Google et le premier en partage de photos aux Etats-Unis. Tandis que les invitations affluent dans les boîtes électroniques de la planète, Facebook accroît ses potentialités. Ainsi, iLike, le site de recommandations de disques, permet aux facebookers de partager leurs goûts musicaux.
«Prédiction : Facebook sera le plus grand réseau social dans le monde», titre l’entrepreneur Paul Allen, sur son blog, en mai dernier (2). Car il ne faut pas s’y tromper, derrière l’amitié et les bons sentiments se cachent les gros sous. Pour Allen, ce pourrait «être la meilleure opportunité pour les entrepreneurs du Net des dix dernières années.» Quoi de plus rentable en effet qu’une communauté formée de dizaine de millions de membres, dont la moitié se connecte à son Facebook chaque jour ? Sa «viralité» est démoniaque. Il se dit que Facebook a détrôné Myspace autre site de réseau social. Sur un an, entre mai 2006 et mai 2007, Facebook a connu une augmentation de 89 % de visiteurs uniques, selon Comscore. Des écueils commencent à se faire jour et des juristes d’Internet s’alarment des problèmes de protection de la vie privée. Notamment à propos d’images postées qui n’étaient pas destinées à être vues par tout le monde. Seule parade : ne pas accepter la si délicate invitation d’Olivier.

Facebook par « Adscriptor »

janvier 26, 2008

Par les temps qui courent, le nom se suffit à lui-même : 150 millions de résultats sur Google, + 45 millions d’utilisateurs actifs en ce début octobre, un taux de progression de 422% (!), une capitalisation évaluée multipliée par +10 en 1 an (de 1 milliard de $ par Yahoo fin 2006 à 10 milliards de $ par Microsoft en 2007, voire plus…), une cinquantaine de nouvelles applications créées chaque jour, Facebook (terme anglais pour trombinoscope) est le phénomène du moment.

 http://adscriptum.blogspot.com/2007/10/facebook.html

Facebook, the-place-to-be

janvier 26, 2008

«Tu es sur Facebook, toi?». Si vous répondez «c’est quoi, Facemachin?», vous perdez cent points dans l’estime de celui qui vous a posé la question. Car Facefook est le nouveau réseau social en ligne où il faut être. A la mi-juin, la communauté Facebook compte près de 30.000 d’internautes actifs. Aux Etats-Unis, 85% de la population estudiantine en est membre, selon le blogueur Francis Pisani.

Pour quoi faire?

Mais Facebook n’est pas qu’un site où l’on fait copain-copain. C’est aussi – et c’est son principal avantage – une plate-forme où l’on insère des applications pour écouter de la musique (Last FM), visionner ses photos (avec Flickr), connaître les dernières infos sur l’actu (Netvibes) ou chater avec vos amis via une messagerie instantanée (Meebo). En tout, plus de 300 applications sont disponibles.

Autres activités possibles: acheter ou vendre son lit sur la «market place» et créer des groupes un poil absurdes (voir celui de ceux qui ne boivent leur soda qu’à la bouteille), politiques («ensemble, c’est tout», le groupe UMP) ou professionnels comme (les groupes sur les nouvelles technologies sont pléthores).

Facebook VS Myspace

De quoi supplanter Myspace? Côté design, pas l’ombre d’un doute. Interface épurée et fonctionnelle pour Facebook, style baroco-mauvais goût pour Myspace.

Quel genre de public trouve-t-on? Facebook joue la carte réseau professionnel à fond, quand Myspace s’est fait une spécialité du monde musical.

La déferlante

La puissance de Facebook tient aussi au formidable buzz qui s’est orchestré autour du site depuis septembre aux Etats-Unis, et depuis fin mai en France. «Facebook est la plateforme la plus virale de l’histoire de l’informatique», lit-on ici.

Cela tient aussi à la facilité avec laquelle on peut avertir ses contacts que l’on a un profil sur Facebook. Un seul clic suffit et hop, voilà tout votre carnet d’adresses au courant.

DR ¦ L’interface Facebook

document.getElementById(« legendePhotoVisible »).innerHTML = document.getElementById(« legendePhotoInVisible »).innerHTML;

Alice Antheaume
http://www.20minutes.fr/article/164253/High-Tech-Facebook-the-place-to-be.php

Facebook, en vrai, à quoi ca sert ?

janvier 26, 2008

Facebook sert principalement à retrouver des amis, partager avec vos amis et peut être en rencontrer d’autre.

C’est simplement un web rempli de « profils » qui se réference les uns les autres comme amis, qui appartiennent à des groupes qui vont de « France » au « Fan Club de Jerome Kerviel », installent des applications pour agrémenter leur profil. Il y a aussi des jeux, des quizz, des sondages, évidemment de la pub…

Et vous pourquoi vous utilisez facebook ?

Facebook ?

janvier 26, 2008

Facebook est un site Web de réseau social destiné à rassembler les lycéens et les étudiants (puis les jeunes employés et les militaires, une fois leurs diplômes acquis), en priorité dans les pays anglophones. En janvier 2008, il rassemblait plus de 62 millions de membres à travers le monde[2].

Facebook est né à Harvard. À l’origine, en effet, il est le réseau social fermé des étudiants d’Harvard avant de devenir accessible aux autres universités américaines. La vérification de la provenance de l’utilisateur se faisait alors par une vérification de l’adresse électronique de l’étudiant.

Depuis le 24 mai 2007, le site est ouvert à tous mais il se limite principalement aux étudiants ayant suivi de longues études ou en devenir.

Le nom du site s’inspire des albums photo (trombinoscope ou facebooks en anglais) regroupant les photos prises de tous les élèves durant l’année scolaire et distribuées à la fin de celle-ci aux collégiens, lycéens et étudiants.

Le 13 août 2007, une partie du code source de la page d’index du site a été piratée et publiée sur Internet[3].